FRANCK SIGNORINO (STADE DE REIMS)

signorino2

C’était à l’époque où je regardais le foot de manière complètement partisane. J’étais jeune et je supportais l’Olympique Lyonnais. Et pourtant ce soir là, c’est grâce à un joueur du FC Metz que j’ai pu me rendre au stade de Gerland. L’invitation venait de Franck Signorino. Il était alors défenseur latérale au FC Metz. Sur une enveloppe blanche, où dedans il y avait les places, figurait son nom. Le soir du match je n’observais que lui, il jouait bien, était combatif et montait haut en soutient. Il était tellement batailleur et moi tellement dévoué à l’OL que j’avais peur qu’à lui tout seul il débloque la situation et nous fasse perdre. Je redoutais surtout l’idée que je me mette à craindre le joueur que je venais juste de commencer à aimer une heure plus tôt. Depuis ce jour j’ai toujours eu un affect particulier pour ce joueur.

Malgré toutes ces années passées, ce qui me fascine le plus est de retrouver à chaque match de Reims, où aujourd’hui Franck évolue, la même agressivité, la même bravoure et les mêmes sacrifices que j’avais vu à Gerland au début. Pour un arrière il est bon de remarqué son volume de jeu autant dans le placement défensif qu’offensif. Il a conservé les mêmes poumons que lorsque je l’ai vu évoluer étant jeune, l’expérience en plus. Il a quitté Metz pour Nantes, puis il est parti à Getafe en Espagne, il est revenu de blessure, a connu le chômage, a retrouvé du temps de jeu à Laval pour s’installer à Reims durablement. Quand je regarde aujourd’hui ses matchs, Franck Signorino ne rechigne pas les duels, a l’intelligence du jeu et du placement, il est affûté et il ne fuit devant aucunes responsabilités. C’est un joueur au cœur vaillant. Franck Signorino fait partie de ceux que je recrutais lors de mes parties de PC, il est le premier à m’avoir invité voir un match, enfin il est celui envers qui mes souvenirs de jeunesse lui ont donné toute ma sympathie.

 

 

 

signorino